Les parlementaires UDI expriment leur soutien à la direction nationale

En 2017, empêchons l’atomisation du Centre

Tribune dans Le Huffington Post
Le 7 décembre 2016

Plus que jamais, nos compatriotes ont besoin de responsables politiques à la hauteur des enjeux !

Nous, députés et sénateurs de l’UDI, appelons à l’unité de la famille centriste et refusons son atomisation.

Une nouvelle fois, depuis quelques jours, les centristes français offrent à nos concitoyens le triste spectacle de leurs divisions alors qu’il n’existe pas de divergence idéologique ou stratégique.

Nous refusons la séparation, le divorce de nos mouvements en partis et micro-partis qui seraient autant de « confettis » de la vie politique française, bien loin des attentes de nos concitoyens et des enjeux auxquels notre pays doit faire face. Chacun considérant en effet, à tort, que sa parole personnelle est plus forte qu’un véritable mouvement collectif construit autour d’un socle de valeurs solides et majoritairement partagées.

L’histoire du Centre en France est rythmée de périodes d’unification, plus ou moins longues, et de séquences de balkanisation.

L’objectif de l’UDI était d’y mettre fin pour lui offrir visibilité et crédibilité, comme le déclarait Jean-Louis Borloo lors de notre congrès fondateur : « Faute de discipline, notre famille s’est dispersée et n’a plus rempli son devoir au service de notre pays. Quel gâchis ! ».

Quatre années plus tard, nous refusons de revivre ce gâchis, nous refusons d’entrer dans une nouvelle phase d’atomisation du Centre !

La France est traversée par des fractures profondes, elle doit faire face à une crise économique et sociale, à des rapports de force internationaux bouleversés et à une menace terroriste inédite.

Plus que jamais, nos compatriotes ont besoin de responsables politiques à la hauteur des enjeux !

Nous sommes convaincus qu’un centre atomisé n’a aucun avenir et n’apportera rien d’autre à la France qu’un lot supplémentaire de divisions et de querelles d’égos. Nous appelons à son unité.

A la devise « diviser pour régner », ne substituons pas celle mortifère du « diviser pour disparaitre »…

Soyons dignes de la famille de pensée que nous représentons et unissons nos forces, autour de nos instances nationales, pour porter un message d’espérance devant nos concitoyens et préparer une alternance dans laquelle l’UDI doit prendre toute sa place.

A la veille d’échéances électorales majeures, la famille centriste doit au contraire se rassembler au sein de l’UDI, notre maison commune !

« La France est notre pays, l’Europe est notre frontière et notre destin, le monde est notre vision » disait Jean-Louis Borloo il y a 4 ans.

Faisons de cette phrase notre devise et portons-la tous ensemble fièrement devant les Français !

La liste des 40 signataires – 16 députés, 23 sénateurs et un député européen :

Députés 

Stéphane Demilly, Yannick Favennec, Arnaud Richard, Bertrand Pancher, François Rochebloine, Michel Piron, André Santini, François-Xavier Villain, Meyer Habib, Patrick Weiten, Yves Jego, Jean-Paul Tuaiva, Franck Reynier, Michel Zumkeller, Philippe Vigier, Francis Vercamer

Sénateurs

Elisabeth Doineau, Vincent Capo-Canellas, Daniel Dubois, Annick Billon, Françoise Gatel, Jean-François Longeot, Pierre Médevielle, Olivier Cigolotti, Olivier Cadic, Hervé Marseille, Michel Canevet, Sophie Joissains, Chantal Jouanno, Jean-Claude Luche, Yves Pozzo di Borgo, Henri Tandonnet, Valérie Létard, Joël Guerriau, Christian Namy, Jean-Marie Bockel, Vincent Delahaye, Nathalie Goulet, François Zocchetto

Député européen

Dominique Riquet, Député européen


Manuel Valls : une volonté affichée de rassemblement qui a déjà le caractère d’une mascarade

Communiqué de Jean-Christophe Lagarde
Paris, le 5 décembre 2016

En annonçant ce soir sa candidature, Manuel Valls, se départit de ses habits de Premier ministre mais ce changement de costume n’efface pas le bilan et les actes réalisés.

Il est pleinement comptable du bilan de François Hollande.

Manuel Valls ne peut s’exonérer de la situation dans lequel notre pays se trouve. Ce ne sont pas les quelques semaines qui le séparent de la primaire de la gauche qui pourraient rayer d’un trait de plume un si mauvais résultat des quatre années et demi écoulées.

Comment imaginer qu’il puisse demain incarner « la France à la hauteur d’un monde nouveau »  alors qu’il n’a pas pu le faire comme Premier ministre?  Une candidature à la primaire de la gauche ne peut pas être un sparadrap pour cacher leurs échecs ou colmater leurs errements et leurs divisions.

Leur volonté affichée de rassemblement a déjà le caractère d’une mascarade.

Comment rassembler une famille politique si divisée? La gauche rajoute à son impasse. Si elle gagnait, le chemin de croix des Français recommencerait !


François Hollande a reconnu l'échec de son quinquennat

Communiqué de Jean-Christophe Lagarde
Le 1er décembre 2016

Ce soir, François Hollande, par sa décision de ne pas briguer un second mandat a enfin fait preuve de lucidité sur sa politique aux résultats désastreux.

Au-delà de la zizanie dans son propre camp le Président de la République encore pour 5 mois s’occupera t’il enfin de son pays ?

L’année prochaine, il est maintenant certain que nous changerons de Président de la République.

Au delà des personnes, il faut changer de politique tout court.

 

 



Canal Seine-Nord Europe : le gouvernement doit cesser de tergiverser !

Communiqué de Stéphane Demilly
Paris, le 30 novembre 2016

Suite à la réunion qui s’est tenue lundi soir au Ministère des transports, Stéphane Demilly, Député de la Somme, a interrogé le gouvernement lors de la séance de Questions au gouvernement de ce mercredi.

Il a posé une question simple et directe, espérant une réponse claire : « Qui l’Etat va-t-il proposer pour présider la Société de projet du Canal Seine-Nord Europe et engager dès maintenant sa mise en place opérationnelle ? »

La réponse n’est malheureusement pas venue malgré le temps qui passe pour entrer dans une phase d’action tant attendue.

Stéphane Demilly tient donc à réagir avec force :

« L’Europe s’est engagée, les collectivités ont pris leur responsabilité, nous attendons tous désormais la nomination de cet interlocuteur et le gouvernement continue de tergiverser !

Nous allons d’étape décisive en étape décisive… mais il est grand temps d’entrer dans une phase concrète et opérationnelle !

La gouvernance de la Société de projet doit être mise en place au plus vite afin que tout le monde puisse se mettre concrètement au travail.

Je suis très déçu par la réponse du ministre. Elle démontre l’incapacité de ce gouvernement à décider et à prendre sérieusement les choses en main.

Sur ce projet, cela fait plusieurs années que nous sommes dans le temps de « l’attente », le temps est désormais venu de l’action ! » 

La vidéo de la question et de la réponse est disponible sur le site de l’Assemblée nationale : 

http://videos.assemblee-nationale.fr/direct.4479451_583ed922c7b35#


Motion votée par le Bureau Exécutif de l'UDI à l'unanimité

Motion votée à l’unanimité par le Bureau Exécutif de l’UDI
Paris, le 29 novembre 2016

L’UDI prend acte de la victoire de François FILLON à la Primaire de la droite et du centre et lui adresse ses félicitations.

Cette victoire fait de lui le candidat légitime de l’opposition à l’élection présidentielle de 2017.

François FILLON a déclaré à plusieurs reprises, et encore aujourd’hui, qu’il souhaite rassembler largement la droite et le centre. Il a ainsi indiqué que les centristes « auront toute leur place » dans la future majorité.

Le Bureau exécutif de ce jour mandate donc une délégation de l’UDI, composée de son Président, des Présidents des groupes parlementaires, et du Président du Conseil national pour rencontrer François FILLON afin de travailler à l’élaboration d’un projet législatif et de gouvernance commun.

Ce projet fera l’objet d’un débat dans nos fédérations en janvier et sera soumis au vote du Conseil national et d’une consultation des militants début 2017.

Le Bureau exécutif de l’UDI affirme son souhait de construire une coalition, additionnant nos différences, pour enfin permettre l’alternance et le redressement de la France.


Résultats de la primaire • Communiqué de Jean-Marie Bockel

Communiqué de Jean-Marie Bockel
Mulhouse, le 28 novembre 2016

François FILLON a gagné très nettement la primaire de la droite et du centre.

Je tiens à le féliciter mais également à rendre hommage à Alain JUPPE que j’ai soutenu jusqu’au bout.

Notre pays a besoin d’une alternance forte.

Il incombe à présent, à François FILLON, au delà des ralliements multiples, de rassembler la droite et toutes les forces qui lui permettront de l’emporter à la présidentielle et de réussir l’alternance.

Le centre doit prendre toute sa part dans cette campagne qui nécessite un large rassemblement pour gagner.

Il faut à cet effet engager très vite des discussions pour que le projet du candidat prenne en compte la « valeur ajoutée » centriste afin que le succès soit au rendez-vous en mai prochain!


Le réveil de la politique

Déclaration de Jean-Christophe Lagarde

Communiqué de Jean-Christophe Lagarde
Paris, le 27 novembre 2016

La primaire se confirme comme un grand succès populaire et démocratique et souligne la très grande volonté d’alternance des français.

L’UDI est heureuse et fière d’avoir majoritairement mené campagne derrière Alain JUPPE, à qui nous adressons de chaleureuses et amicales pensées ce soir.

La victoire claire de François FILLON dans cette primaire de la droite et du centre en fait le candidat légitime à l’élection présidentielle.

Je l’avais dit avant le premier tour, avec Nicolas SARKOZY nous avions des incompatibilités, avec François FILLON nous n’avons que des différences.

J’ai bien entendu, entre les deux tours, François FILLON exprimer sa volonté de rassembler aussi le centre derrière sa candidature.

C’est la raison pour laquelle, je proposerai dés mardi aux instances de l’UDI d’engager avec François FILLON une discussion pour élaborer un projet législatif commun, notamment sur l’Europe, l’éducation, l’emploi, la sécurité sociale et l’environnement.

Ce projet législatif fera l’objet d’un débat dans nos fédérations et sera soumis au vote d’un  Conseil National au début de l’année prochaine.

Nous continuons de souhaiter une coalition qui additionne nos différences pour enfin changer et redresser la France.