Décès de François Régis Hutin : réaction de Jean-Christophe Lagarde, Président de l'UDI

Communiqué de Jean-Christophe Lagarde
Paris, le 11 décembre 2017

Homme de presse avec le même H majuscule que celui d’Humaniste, François Régis Hutin nous a quittés. Journaliste, reporter et éditorialiste aux convictions affirmées, il a permis au journal Ouest-France de devenir le premier quotidien français.

Européen convaincu, François Régis Hutin a toujours su défendre avec des mots choisis et ciselés le respect de la personne humaine, ce qui faisait de lui sans aucun doute l’éditorialiste le plus engagé de la presse française.

A sa famille, aux salariés du Groupe Ouest-France je veux présenter mes condoléances et leur redire combien François Régis Hutin a œuvré dans la lignée de son grand père et de son père pour défendre des valeurs qui méritent plus que jamais d’être portées avec la même conviction à la Une de nos quotidiens.


Sénat

Communiqué d'Hervé Marseille suite au discours du Président de la République au Congrès des maires

Communiqué d’Hervé Marseille, Président du groupe Union Centriste au Sénat
Paris, le 23 novembre 2017

« Au Congrès des Maires de France, le Président de la République a pris 3 engagements, celui de préserver les moyens financiers des collectivités, de leur garantir une plus grande autonomie et de les accompagner sur les grandes transitions.

On ne peut qu’y souscrire et saluer l’implication du Président de la République, d’autant plus que celui-ci a appelé à plus de concertation et de dialogue, ce qui a cruellement manqué au cours des derniers mois, ainsi qu’il l’a reconnu.

Simplification, innovation, déconcentration, clarté, responsabilité, nous serons particulièrement attentifs à ce que le Président de la République et l’ensemble du gouvernement respectent ces objectifs, tout particulièrement lors de la préparation des réformes évoquées en matière de finances locales, d’assainissement et sur le logement.

Nous serons aux côtés du gouvernement dans cette volonté de réforme mais nous serons un partenaire engagé et vigilant. Telle sera la ligne de conduite du groupe Union Centriste lors de la prochaine Conférence des territoires et tout au long de l’élaboration de ces projets, en étant les porte-voix des acteurs de premier rang que sont les Elus territoriaux ».


Sénat

La commission de la culture du Sénat demande l’organisation d’un débat sur l’avenir de l’audiovisuel public

Communiqué de Catherine Morin-Desailly
Paris, le 21 novembre 2017

Réunie mercredi 15 novembre, la commission de la culture, de l’éducation et de la communication a procédé à l’examen des crédits affectés à l’audiovisuel au sein du projet de loi de finances pour 2018.

Comme l’a résumé Catherine MORIN-DESAILLY (UC – Seine-Maritime), Présidente de la commission, « la question de l’avenir de l’audiovisuel public mérite un vrai débat. Les ajustements budgétaires décidés dans le cours de l’été ont renforcé les inquiétudes sur le devenir d’un écosystème en pleine transformation. A l’heure où le digital bouleverse les usages, les métiers ainsi que les modèles économiques, le Gouvernement se doit de définir ce qu’il attend de l’audiovisuel public.

Maintenant que les échéances électorales sont passées, il est urgent de s’attaquer à une réforme en profondeur visant à renforcer le rôle, la légitimité et l’efficacité de l’audiovisuel public ».

En demandant un débat qui pourrait être organisé courant janvier 2018, la commission de la culture, de l’éducation et de la communication entend engager la nécessaire réflexion sur l’avenir de l’audiovisuel public et obtenir des réponses du Gouvernement. Au delà de la mission particulière du service public, à repréciser dans le cadre d’un paysage audiovisuel public diversifié et lui-même en plein questionnement, trois sujets essentiels doivent être abordés : la gouvernance, le financement et l’évolution des structures.

Ce débat doit permettre de dessiner les contours d’une réforme systémique que le Sénat appelle de ses vœux !


Stéphane Demilly interpelle le gouvernement sur l'Europe de la Défense

Communiqué de Stéphane Demilly
Paris, le 14 novembre 2017

Lors de la séance de questions au gouvernement de ce mardi, Stéphane Demilly, Député de la Somme, a interpellé le Premier ministre sur la construction d’une Europe de la Défense dans un contexte international bouleversé. Hier, à Bruxelles, 23 Etats européens ont signé une « lettre d’intention » pour une « coopération structurée permanente » en matière de défense.

« Au durcissement souvent pulsionnel et imprudent de l’administration Trump sur la scène internationale, nous devons apporter une réponse européenne réfléchie et construite !

La mise en synergie de nos efforts de défense offrirait aux Européens une protection à la hauteur des craintes que nous pouvons légitimement avoir pour la stabilité et la paix internationale »  a-t-il notamment déclaré.

La vidéo de la question et de la réponse est disponible sur le site de l’Assemblée nationale : http://videos.assemblee-nationale.fr/video.5169035_5a0af53358589.1ere-seance–questions-au-gouvernement–election-de-six-juges-titulaires-et-de-six-juges-suppleant-14-novembre-2017


Les « Députés du Canal Seine-Nord » ont auditionné Xavier Bertrand

Communiqué de Stéphane Demilly
Paris, le 8 novembre 2017

Stéphane Demilly, Député de la Somme, a réuni hier à l’Assemblée nationale, les « Députés du Canal » afin d’auditionner Xavier Bertrand, Président de la région des Hauts-de-France et Président du Conseil de surveillance de la Société de projet du Canal Seine-Nord Europe.

« Nous avons fait le point sur les dernières avancées du projet, sur les échanges qui se tiennent actuellement entre les collectivités et l’Etat concernant le plan de financement, mais aussi sur l’actualité législative à venir. La Société de projet du Canal Seine-Nord est en effet un Etablissement Public d’Etat qu’il convient de transformer en établissement public local afin de permettre aux collectivités de porter le projet directement. Les « Députés du Canal » s’engageront donc sur les textes qui permettront de faire avancer ce beau dossier ! »  a déclaré Stéphane Demilly à l’issue de la réunion.


Stéphane Demilly lance "Les députés du Canal" avec 30 députés

Communiqué de Stéphane Demilly
Paris, le 4 octobre 2017

Stéphane Demilly, Député de la Somme, a réuni aujourd’hui à l’Assemblée nationale les députés qui ont répondu à l’appel qu’il a lancé cet été afin de créer un groupe des « Députés du Canal ».

Pas moins de 30 parlementaires, de toutes tendances politiques, ont ainsi rejoint ce groupe. Une initiative similaire est enclenchée au Sénat pour créer, ensuite, un groupe interparlementaire des deux assemblées.

« L’objectif de ce groupe est de mettre en place une véritable « task force » parlementaire afin d’unir nos forces et de peser dans les débats à venir pour soutenir la réalisation du Canal Seine-Nord Europe.

Le Premier ministre a annoncé la présentation au parlement d’une loi d’orientation des mobilités au premier semestre 2018. Celle-ci devra prévoir la régionalisation de la Société de projet du Canal Seine-Nord Europe qui est actuellement un Etablissement Public d’Etat. Un débat aura également lieu sur la mise en place d’un outil de financement du milliard d’euros que l’Etat doit apporter au chantier.

Nous serons donc bien présents et mobilisés sur ces différents points afin de nous assurer que l’Etat tienne parole ! »

Les « Députés du Canal » ont prévu de se réunir de nouveau prochainement et d’inviter Xavier Bertrand, Président du Conseil de surveillance de la Société de Projet du Canal Seine-Nord-Europe, à venir échanger avec eux sur les prochaines étapes du dossier. Ce groupe auditionnera ensuite les ministres concernés par le projet.


Canal Seine-Nord Europe : appel au rassemblement pour la venue d'Emmanuel Macron !

Communiqué de Stéphane Demilly
Paris, le 27 septembre 2016

A l’occasion du déplacement d’Emmanuel Macron à Amiens ce mardi 3 octobre, Stéphane Demilly, député de la Somme, appelle à un rassemblement d’élus et de citoyens devant la Préfecture de la Somme à partir de 11h30.

« Il est désormais plus que temps que l’Etat prenne ses responsabilités sur le projet de Canal Seine-Nord ! Les collectivités ont fait des propositions audacieuses, qui sont restées sans réponse du gouvernement !

Je constate également que le Canal Seine-Nord Europe est absent du Projet de loi de finances pour 2018, ce qui confirme le peu d’engouement de l’Etat sur ce dossier pourtant soutenu à 40% par l’Union européenne.

Ces atermoiements gouvernementaux sont inacceptables, je demande donc au Président de la République de trancher vite et dans le bon sens !

Mardi matin, nous serons là pour l’accueillir à Amiens et lui demander de s’exprimer clairement.

Le lendemain, mercredi 4 octobre, je réunirai à l’Assemblée nationale des députés de tout bord politique afin de créer un groupe parlementaire des « Députés du canal » afin d’agir ensemble et de renforcer la pression sur le gouvernement. Une démarche similaire va être initiée prochainement au Sénat » a  tenu à déclarer Stéphane Demilly.


Le sommet franco-italien doit permettre la poursuite du Lyon-Turin

Communiqué d’Yves Pozzo di Borgo
Paris, le 21 septembre 2017

A l’occasion du sommet franco-italien qui se tiendra à Lyon le 27 septembre, le sénateur Yves Pozzo di Borgo souhaite rappeler l’importance capitale du projet de la liaison ferroviaire Lyon-Turin pour l’avenir de l’Europe.
Le sénateur était le rapporteur au Sénat du texte de projet de loi binational de la réalisation et de l’exploitation de la ligne ferroviaire, adopté en janvier. Le projet de la liaison ferroviaire Lyon-Turin sera au coeur de ce sommet, co- présidé par le président Emmanuel Macron et Paolo Gentiloni, président du Conseil italien.

« La liaison ferroviaire entre Lyon et Turin est un projet structurant pour l’avenir de nos deux pays. Cela permettra un rééquilibrage stratégique et un rapprochement économique entre la France et l’Italie, entre le Grand Paris et le Grand Milan. Cette liaison ferroviaire aura des retombées économiques pour nos deux pays et pour toute l’Europe, ainsi qu’un bienfait environnemental important » rappelle Yves Pozzo di Borgo.

En réponse au comité pour la liaison ferroviaire Transalpine, le sénateur de Paris souscrit aux trois orientations que souhaite l’organisme : éviter l’arrêt du chantier, l’éclaircissement des modalités de la contribution financière française et éviter un potentiel retard du projet.

Le sénateur « demande au président Macron et au Premier ministre Gentiloni de poursuivre les travaux de leurs prédécesseurs. Ce projet est un exemple de cohésion européenne ».


Les collectivités s’engagent pour le Canal Seine-Nord Europe !

Communiqué de Stéphane Demilly
Paris, le 12 septembre 2017

Stéphane Demilly, Député de la Somme, tient à saluer l’engagement et la détermination sans faille des collectivités, conseils régionaux et conseils départementaux, pour la réalisation du Canal Seine-Nord Europe.

« La proposition portée par les collectivités ce matin devant la Ministre des transports est extrêmement innovante et met clairement l’Etat devant ses responsabilités.

Avancer les deux premières années de financement de l’Etat, garantir l’emprunt et régionaliser la Société de projet du Canal pour en confier le pilotage aux collectivités sont autant de propositions qui démontrent la volonté des territoires de faire réussir le Canal Seine-Nord Europe en s’affranchissant des atermoiements de l’Etat.

Cette démarche inédite est l’illustration très claire de l’importance de ce projet pour l’avenir de nos territoires.

Alors que l’Etat « attend », « reporte », « diffère », met sur « pause » et n’a de cesse de remettre en cause sa parole, les territoires, eux, font le choix d’avancer et de prendre les choses en main !

La balle est désormais entre les mains du Premier ministre et du Président de la République.

Je forme le vœu qu’ils accueillent positivement ces propositions, qu’ils prennent rapidement les mesures nécessaires à leur mise en application, et, bien entendu, qu’ils confirment l’engagement financier de l’Etat à hauteur d’un milliard d’euros. »


Admission à l’université : Catherine Morin-Desailly appelle à « en finir avec l’hypocrisie »

Communiqué de Catherine Morin-Desailly
Paris, le 19 juillet 2017

Alors que la ministre de l’enseignement supérieur, Mme Frédérique Vidal, a ouvert une concertation sur l’admission à l’université, Catherine Morin Desailly (UC – Seine Maritime), présidente de la commission de la culture, de l’éducation et de la communication, salue l’initiative du Gouvernement visant à mettre fin au tirage au sort pour l’accès à certaines licences universitaires : « il faut savoir faire preuve de courage afin d’en finir avec cette hypocrisie, qui aboutit à ce que l’on conserve la forme de sélection la plus injuste ». 

Elle rappelle que dès 2016 la commission avait pris position en faveur d’une « sélection juste » pour l’accès à l’enseignement supérieur. Dans son rapport , la mission d’information sur l’orientation scolaire, présidée par Jacques-Bernard Magner (Socialiste et républicain – Puy-de-Dôme) et dont le rapporteur était Guy-Dominique Kennel (Les Républicains – Bas-Rhin), préconisait « l’édiction de prérequis transparents et affichés dans APB pour l’accès à toutes les formations à effectifs limités ».

La commission avait également alerté le secrétaire d’État à l’enseignement supérieur et à la recherche de l’époque, Thierry Mandon, sur l’impréparation de la rentrée 2016, alors que l’accroissement du nombre des étudiants était prévisible. Enfin, lors de l’examen de la proposition de loi de Jean-Léonce Dupont (UC – Calvados) relative à la sélection en master, la commission avait souligné la nécessité d’aborder sans tabou la question de la sélection à l’entrée de l’université.

La situation s’est aujourd’hui aggravée puisque 87 000 bacheliers restent aujourd’hui sans affectation. Catherine Morin-Desailly souligne à nouveau l’urgence d’une réforme d’ensemble et assure que le Sénat demeurera vigilant quant aux futures modalités d’admission à l’université, afin que ces dernières soient équitables et « qu’elles participent de la réduction de l’échec en licence, qui constitue un immense gâchis et une forme de sélection déguisée ».