La taxe GAFA de Bruno Le Maire est une taxe sur les artisans !

Tribune de Jean-Christophe Lagarde parue dans L’Opinion le 15 mars 2019 

Le projet de loi présenté par Bruno Le Maire en conseil des ministres créant une taxe pour les entreprises dont le chiffre d’affaires est lié aux activités numériques soulève plus de questions qu’il n’en résout.

Il pose notamment une question majeure sur la finalité du dispositif : le volontarisme gouvernemental sur la taxation des Gafa permettra-t-il de faire contribuer davantage les opérateurs du numérique américains – ce qui est indispensable – ou relève-t-il de l’affichage politique à quelques semaines des élections européennes ?

Tout semble indiquer en fait que cette fausse bonne idée se heurte à un principe de réalité : celui qui paie réellement un impôt n’est pas toujours celui qui est ciblé par les pouvoirs publics ! Le cas le plus éloquent de cette incidence fiscale est illustré par l’arnaque de la taxe foncière, prélèvement qui cible théoriquement les propriétaires alors que ces derniers répercutent toujours la taxe sur les loyers qu’ils perçoivent.

Affichage politique. En l’occurrence, la taxe Gafa de Bruno Le Maire qui est censée rapporter 500 millions d’euros par an ne sera pas réellement payée par Google, Facebook ou Amazon pour une simple et bonne raison : ces plateformes sont en situation de quasi-monopole sur leurs marchés respectifs, celui du ciblage publicitaire. N’importe quelle entreprise en situation de monopole a la possibilité de répercuter une taxe sur ses clients. En pensant taxer les géants du numérique américains, Bruno Le Maire est en train de taxer leurs clients français : la jeune PME lyonnaise qui se lance, via l’achat de liens sponsorisés sur Google, la start-up parisienne qui se développe via du sponsoring Facebook, ou l’artisan breton qui met en avant ses produits via les enchères d’Amazon.

Le pouvoir de marché des Gafa est tel qu’ils n’auront aucun mal à répercuter la taxe de 3 % : les 500 millions que le gouvernement entend retirer de cette taxe mal ficelée seront versés par les artisans clients d’Amazon, c’est-à-dire nous, les citoyens français ! Le lancement d’une plateforme spécifique destinée aux artisans et aux produits « made in France » sur Amazon a d’ailleurs renforcé la position de distributeur du groupe américain.

En réalité, si le gouvernement voulait vraiment s’attaquer à la contribution des Gafa, il profiterait du débat des élections européennes pour avancer des propositions concrètes qui changeraient réellement la donne, au-delà de l’affichage politique.

« L’Europe ne doit plus se laisser faire : elle doit être un instrument de puissance pour les citoyens et nous permettre de bénéficier des revenus que les géants américains font sur notre dos »

Le premier chantier européen à lancer, c’est celui de la reconnaissance de la patrimonialité des données. Chaque jour, nous laissons les Gafa collecter les milliards de données personnelles des citoyens européens. Tout leur modèle économique est fondé sur ces données qu’ils obtiennent sans contrepartie. Surtout, toutes leurs innovations technologiques majeures dans le domaine de la médecine, des biotechnologies et de l’intelligence artificielle dépendent de la masse de données qu’ils collectent.

Protectionnisme numérique. L’Europe ne doit plus se laisser faire : elle doit être un instrument de puissance pour les citoyens et nous permettre de bénéficier des revenus que les géants américains font sur notre dos et rémunérant chacun des citoyens qui directement livrent ces données. Nous, la liste les Européens, défendons une proposition concrète : à chaque fois que les Gafa collectent nos données personnelles, ils doivent nous rémunérer, comme l’a récemment proposé le gouverneur de Californie. Il est temps de mettre cette idée de la patrimonialité des données en application en Europe, car chacun doit bien avoir conscience que quand un service est gratuit, c’est que nous sommes nous-même une marchandise.

Le deuxième chantier européen à lancer, c’est celui de la place des monopoles américains sur notre continent. Tous nos efforts pour taxer davantage les Gafa resteront au stade de l’effet de manche tant que cette question ne sera pas prise à bras-le-corps.

En Europe, Google capte 93 % des parts de marché dans le secteur des moteurs de recherche : n’importe quelle entreprise dans une telle situation de monopole serait démantelée par l’Union Européenne ! Notre législation anti-trust nous permettrait d’ailleurs de séparer les activités de Google. Surtout, l’Europe ne peut plus tolérer un tel monopole étranger sur son propre sol alors que toutes les autres grandes puissances mondiales ont compris les enjeux à l’œuvre et ont entrepris des mesures afin de promouvoir des alternatives aux géants numériques américains.

Tant que l’Europe ne fera pas preuve de protectionnisme numérique et ne se fixera pas comme objectif de réduire le poids de Google face à des concurrents européens, tous nos efforts seront vains. C’est le rôle de l’Union Européenne d’y remédier, à condition d’avoir le courage de mettre ces questions sur la table.


Mères célibataires, une grande cause européenne !

Tribune
Paris, le 08 mars 2019

 

 Jean-Christophe Lagarde, président de l’UDI, député de la Seine-Saint-Denis, alerte sur les difficultés rencontrées par les mères célibataires et appelle à en faire une grande cause européenne.

Aujourd’hui, c’est la journée internationale des droits des femmes. Nous nous accorderons tous à dire qu’il y a encore de nombreux combats à mener pour les droits des femmes dans le monde, en Europe, mais aussi chez nous. L’actualité démontre malheureusement que ce combat ne sera jamais définitivement gagné sans vigilance permanente. La hausse aussi spectaculaire que scandaleuse des violences faites aux femmes dans notre propre pays en 2018 en est un triste avertissement.

Mais, en ce 8 mars, parmi ces combats, il y a une cause qui me tient particulièrement à cœur : celui des mères célibataires parce qu’elles sont le plus souvent livrées à elles-mêmes.

Élu local à leur contact, je suis touché par leur courage. Je les ai croisées sur le chemin de leur travail, courant récupérer leurs enfants, parfois en détresse dans les locaux associatifs ou, face à face, dans les cas plus difficiles, en mairie ou dans ma propre permanence parlementaire.

Nous ne mesurons pas assez l’importance de ces mères-courage. Elles sont parfois l’ultime lien entre leurs enfants et la société. Lorsqu’elles faiblissent, ces enfants sont alors livrés à eux-mêmes, sans autorité parentale, sans filet de sécurité, et courent le risque d’être entraînés dans une spirale d’échec scolaire et de désocialisation.

C’est pour cela que le combat quotidien de ces mères célibataires est celui de toute notre société. C’est la mission de la République de ne pas laisser ces enfants dériver. Et donc, c’est le rôle de la République de ne pas laisser ces femmes livrer ce combat seul.

Ce n’est pas un problème propre à la France. C’est une situation que rencontrent toutes les sociétés occidentales, tous les pays européens. Selon l’INSEE et Eurostat, depuis les années 1970, tous les Etats européens ont vu le nombre de familles monoparentales multiplié par plus de deux. Derrière ces statistiques, il y a des réalités encore plus complexes. Pour une famille composée d’un seul adulte qui vit sans conjoint avec, un ou plusieurs enfants, de moins de 25 ans, il y a, dans la plupart des cas, des femmes, isolées. En France, une famille sur cinq est monoparentale et dans plus de huit cas sur dix, ce sont bien les mères de famille qui sont en charge de leurs enfants. Chez nos voisins européens, le constat est le même :

  • En 2017, sept fois plus de femmes que d’hommes vivaient seules avec un ou plusieurs enfants ;
  • En 2017, 7,6 % des femmes de 25 à 49 ans vivaient seules avec des enfants, contre 1,1 % d’hommes du même âge.

En France, une famille sur cinq est monoparentale et dans plus de huit cas sur dix, ce sont bien les mères de famille qui sont en charge de leurs enfants.

Notre réponse sera plus forte si elle est européenne. L’Europe doit aider les Etats à faire face. Pour ce faire, nous devons en faire une « grande cause européenne », à l’image des grandes causes nationales qui permettent, chaque année, en France, d’identifier et d’accompagner des associations à but non lucratif dans leurs missions (garde, soutien scolaire, information, conseil juridique etc.). S’appuyant sur le même schéma, un tel label à l’échelle européenne permettrait de multiplier les actions de ces associations.

Par ailleurs, une partie des fonds européens dédiés à l’éducation et à l’enseignement supérieur devrait également être affectée au soutien prioritaire de ces familles pour développer des systèmes de garde et d’études parce que c’est le seul moyen de concilier réussite professionnelle des mères et scolaire de leurs enfants.

L’Europe ne peut pas être qu’un grand marché. Pour que les Européens renouent avec le sentiment d’appartenance, l’Europe doit aussi épouser les grandes causes de notre temps.