Jean-Christophe Lagarde, président de l’UDI, a lancé la campagne de ses candidats aux législatives, en pointant le « divorce entériné » avec Les Républicains dans le département.

Lire l'article sur Ouest France

C’est son premier déplacement de campagne pour les législatives. Après le vote, mardi soir, du bureau exécutif de son parti pour un accord législatif et programmatique avec Les Républicains, Jean-Christophe Lagarde a choisi un département où il ne s’appliquera pas : il y aura des candidats LR et UDI au 1er tour dans cinq des six circonscriptions du Morbihan.

« L’UDI se retrouve dans une situation où ceux qui étaient ses partenaires naturels dans ce territoire ont décidé de se passer de nous. Bref, d’engager un combat contre nous, pas contre la gauche, pas contre l’extrême droite, contre nous. C’est une particularité morbihannaise que je regrette fortement. Et c’est une des raisons pour lesquelles j’ai choisi de commencer par ce département », explique le président de l’UDI.

En pointant le « divorce entériné » avec les Républicains, en raison notamment de la crise ouverte en janvier lors de l’élection du président et de l’exécutif de Golfe du Morbihan Vannes agglomération, Jean-Christophe Lagarde note que « ça s’est poursuivi sur les élections législatives Ce n’est pas une attitude nationale des Républicains […] À partir du moment où il y a le choix de la désunion qui est faite, par le président du Département François Goulard principalement et c’est son droit, les électeurs ont aussi le droit d’avoir le choix. Ce sont eux qui jugeront. »

Entouré de quatre des cinq candidats investis par le parti centriste, Gwenn Le Nay, adjoint à Plouay (circonscription d’Hennebont), Odile Monnet, vice-présidente de Golfe du Morbihan Vannes agglomération (Vannes), Benoît Rolland, maire de Moustoir-Ac (Pontivy) et Téaki Dupont, adjointe à Ploemeur (Lorient), il a expliqué l’absence d’Yves Josse, maire de Beignon, candidat pour la circonscription de Ploërmel : « Il a pris une position politique (soutien à Emmanuel Macron, NDLR) qui n’est pas celle de l’UDI. Son investiture sera donc réexaminée par la commission nationale. »