Communiqué de Sophie Auconie et Annick Billon
Paris, le 22 novembre 2017

lavilleauxdames

Nos villes sont genrées. Elles sont aux hommes. Tout en témoigne. Qu’ils s’agissent des pavés de nos rues à nos bouches de métros, à chaque coin de rue nous cherchons la place de la femme.

Le constat est sans appel : 6%, c’est la proportion que l’Histoire a laissée aux femmes illustres pour la dénomination de nos rues. Est-ce si grave ? Oui, car le nom de nos rues souligne la gratitude et la distinction de la Nation envers des esprits qui ont marqué notre société.

Alors non, la place des femmes dans l’espace public n’est pas accessoire. Non, nos pères fondateurs n’étaient pas que des hommes.

Olympe de Gouges rêvait que dans les siècles futurs nous placions le nom des femmes au rang de ceux des plus grands hommes. C’est pourquoi je propose que chaque commune de France, s’engage en faveur de l’égalité sur l’espace public en baptisant du nom d’une femme, une rue : la ville aux dames.

Alors que cette année, nous avons connu la disparition de Simone Veil, à titre personnel, c’est la mémoire de cette grande dame que je choisirai d’honorer.

C’est avec conviction que je porterai cette initiative auprès de Madame Brigitte Macron à l’occasion de la Journée Internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, ainsi qu’à Madame la Ministre Marlène Schiappa lors du Colloque sur la Culture du Viol organisé ce jour.
Sophie AUCONIE – Députée de l’Indre-et-Loire, Vice-présidente de l’UDI en charge de la féminisation et des nouveaux talents

Annick BILLON – Sénatrice de la Vendée, Présidente de la délégation aux droits des femmes du Sénat