Communiqué de Thierry Benoît
Paris, le 13 octobre 2016

L’Etat a annoncé cette semaine l’arrivée de 140 migrants sur le site du Mainotel à Beaucé, dans le cadre du plan d’évacuation du campement de Calais. Ce site a été identifié et retenu par l’Etat en raison de sa vacance.

Ce centre d’accueil et d’orientation (CAO) sera une plateforme de répit et d’orientation temporaire ; la durée annoncée de son maintien est fixée à un an.

Cette annonce représente un défi pour notre territoire. Mais loin de toute caricature, il nous faut réagir avec pragmatisme, responsabilité et humanité. Choisir la voie de la raison et la vertu de la modération.

Fidèle à son histoire, à son humanisme et à ses racines chrétiennes, la Bretagne peut répondre présente à ce devoir de solidarité à l’égard de migrants désœuvrés fuyant la guerre et la destruction.

Par ailleurs, notre devoir de solidarité doit s’accompagner d’une exigence de vigilance et de fermeté. La priorité doit être de garantir la sécurité et le maintien de l’ordre public. C’est pourquoi, je demande à l’Etat de mobiliser tous les moyens pour assurer cet objectif.

L’Etat doit aussi agir pour que l’instruction des dossiers soit la plus rapide possible : demandes d’asile au Royaume-Uni, retour au pays d’origine, demandes d’asile en France qui peuvent conférer le statut de réfugié.

Je demande qu’une instance de coordination locale soit créée dans les plus brefs délaiset puisse se réunir régulièrement afin d’assurer le suivi des dossiers et d’optimiser l’action de l’ensemble des acteurs (élus, institutions, associations), sous l’autorité du Sous-Préfet d’arrondissement.

Enfin, je tiens à souligner que ce dossier rappelle l’impérieuse responsabilité des Gouvernements européens à agir pour une refonte de la politique étrangère et pour un contrôle effectif des frontières extérieures de l’Europe.