Communiqué de Jean-Christophe Lagarde, Président de l’UDI, et James Chéron, Secrétaire national aux affaires européennes

Une nouvelle fois les dirigeants européens n’ont pas réussi à avancer sur les deux sujets majeurs de l’actualité européenne : le Brexit et la protection des frontières extérieures.

Sur le Brexit, l’UDI réaffirme une position intransigeante face aux blocages générés par le gouvernement britannique. En particulier, le « filet de sécurité » entre Grande-Bretagne et Irlande-du-Nord est indispensable pour ne pas rétablir des postes frontières entre République d’Irlande et Irlande-du-Nord, option inenvisageable si l’on veut éviter une nouvelle guerre irlandaise. En choisissant de quitter l’Union européenne, le Royaume-Uni ne peut imposer ses conditions et conserver d’avantages – par exemple douaniers – sans contreparties. L’UDI confirme son entière confiance en Michel Barnier, négociateur européen du Brexit.

Concernant la protection des frontières, les erreurs du passé doivent éclairer le chemin. En supprimant les frontières intérieures à l’espace Schengen, les dirigeants européens de l’époque ont commis l’erreur de ne pas protéger les frontières extérieures. En matière de migrations, l’échec réside donc en « l’absence d’Europe ». L’UDI propose de renforcer massivement l’action de Frontex pour qu’un véritable corps de garde-frontières européens sécurise la frontière extérieure de l’espace Schengen, d’établir des « centres d’accueil » en Europe et quand cela est possible dans les pays de départ pour traiter humainement les migrants en des lieux précis et décents, d’unifier les règles d’asile et d’instruire les demandes en 3 mois afin d’accepter ou reconduire à la frontière les migrants dans des délais raisonnables.

Ce sommet a le mérite de poser clairement les sujets européens sur la table de la campagne électorale qui s’ouvre. Pour la première fois depuis longtemps, la campagne européenne va se jouer sur des enjeux européens, n’en déplaise aux populistes français, dépassés par les événements, qui voudraient en faire un référendum pour ou contre le Président de la République qui, quoi qu’il arrive, sera toujours Président au lendemain de cette élection.