Communiqué de Sophie Auconie
Porte-parole de l’UDI, Députée d’Indre-et-Loire

Paris, le 10 juillet 2018

Hier avait lieu, à Versailles, sur convocation du Président de la République, la réunion de l’Assemblée nationale et du Sénat en Congrès pour son allocution devenue annuelle

Un discours très complet sur l’année écoulée, mais aussi sur le programme de la session à venir marquant un virage social dans la politique du Gouvernement mais toujours dans ce que le Président a martelé comme « libérer pour mieux protéger ».

D’abord je me réjouis de l’amendement du Gouvernement au projet de loi constitutionnel annoncé par le Président relativement à sa présence lors des débats du Congrès. Nous avions déposé un amendement similaire avec le groupe UDI, Agir et Indépendants mais rejeté par la majorité en Commission des lois.
Néanmoins, gardons à l’esprit que le Président n’est responsable que devant les français et qu’il n’a pas vocation à se substituer au Premier Ministresans remettre en cause la nature même de notre régime.

Toutes les perspectives ont été balayées et il faut l’admettre, le Président de la République, Emmanuel Macron fait ce qu’il dit.

Perspectives européennes dans un premier temps, la taxation des GAFA, la construction d’un budget de la zone Euro et l’ambition d’un Europe forte de ses compétences sont des projets moteurs pour l’année à venir.  Mais la construction européenne manque de grandes ambitions : l’armée européenne, le Ministère européen des affaires économiques, le Ministère européen de l’asile et de l’immigration. Une véritable émancipation européenne doit être notre objectif dans le monde multipolaire qui nous entoure afin de défendre nos intérêts nationaux et ainsi peser sur le destin du monde. Monsieur le Président, l’Europe doit aller plus loin !

Perspectives nationales ensuite, les nombreuses annonces liées aux politiques sociales vont dans le sens d’une exigence des français. Je serai très attentive à la réforme annoncée de l’assurance chômage ainsi qu’à celle des retraites pour un régime unique, tout comme au plan pour les EHPAD. Mais ces réformes ne doivent pas faire oublier la trajectoire de baisse des dépenses publiques loin d’être un marqueur de la politique du Gouvernement cette année. Monsieur le Président restons responsables !

Dès la rentrée, je serai très vigilante à ce que le Parlement soit source d’enrichissement pour ces réformes car, oui, les français veulent un changement rapide, mais ce changement doit être positif pour leur quotidien et ancré dans les réalités de territoires.

Nous souhaitons évidemment toujours la réussite du Gouvernement car nous souhaitons la réussite de la France.

Mais la réforme nécessaire de notre pays se fera par l’horizontalité des concertations et non par la verticalité des faits de majorité, là est le piège de toute majorité absolue comme l’a souligné notre représentant et Président de groupe UDI, Agir et Indépendants, Jean-Christophe Lagarde. Nous serons là pour y veiller.