Communiqué de Daniel Leca

Secrétaire général de l’UDI
Le 13 juin 2018

Les tensions qui sont apparues entre l’Italie et la France en ce qui concerne l’accueil du navire humanitaire Aquarius démontrent l’urgence d’une réponse coordonnée et forte de l’Union européenne.

La manière dont a été géré l’Aquarius a révélé l’incapacité des pays européens à travailler ensemble pour traiter de manière convenable les urgences humanitaires. Au lieu de solidarité européenne, nous avons vu ressurgir tous les égoïsmes nationaux. Égoïsmes qui se sont traduits ces dernières années par un abandon des pays les plus touchés par le défi migratoire, comme l’Italie par exemple.

Ce sont ces mêmes égoïsmes qui ont fait monter les sentiments nationalistes et les populismes dans un nombre croissant de pays européens.

Face à ce risque de fragmentation profonde de l’Europe, il est du devoir de la France de reprendre le leadership sur cette question migratoire. Nous devons proposer un nouveau cadre d’intervention pour l’Union européenne qui soit réellement adapté à l’ampleur des enjeux qui se présentent face à nous.

La solution ne peut être qu’Européenne. Et cette solution devra être nécessairement humaniste, mais ferme.

Il est urgent d’impulser la création d’un « Ministère » européen de l’Immigration avec pour mission de gérer à la fois l’asile et les migrations.

Il faut instaurer une politique d’asile réellement commune avec une procédure unifiée permettant de traiter l’ensemble des demandes d’asile déposées auprès d’un État membre de l’espace de libre-circulation.

En parallèle, le redimensionnement de Frontex et l’extension de sa capacité d’action doivent permettre à l’Europe de disposer d’un corps de garde-frontières européens à même de gérer les situations d’urgence.

Ce Ministère aurait également pour mission de recueillir les besoins économiques de chaque État membre ; de délivrer les titres de séjour correspondants aux candidats à l’immigration économique ou de leur refuser l’entrée sur le territoire européen.

En matière de politique migratoire, ce ne sont ni les incantations ni les remontrances entre États qui règleront la situation. Il faut une mobilisation collective dans le cadre d’une Union européenne repensée à l’aulne de l’instabilité du monde et des défis majeurs qu’il nous faut relever.